Présidence du Gabon - Gabon vert

Gabon vert Accueil

LES ENJEUX PAR SECTEUR

  • Partager sur facebook
  • Partager sur twitter
  • Envoyer à un ami
  • imprimer

L'ENVIRONNEMENT

La forêt gabonaise, vecteur de la lutte contre les changements climatiques

L’ambition du Président Ali Bongo Ondimba pour le « Gabon Vert » est, dans un premier temps, de se positionner en pionnier sur l’un des défis majeurs du XXIème siècle : l’effort mondial de préservation de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique.

Faisant partie du Bassin du Congo, deuxième massif forestier au monde après l’Amazonie, la forêt gabonaise, avec ses 22 millions d’hectares, contribue largement à la lutte contre le réchauffement climatique. Il s’agit, comme l’a rappelé le Président lors du Sommet de Copenhague en décembre 2009, de « proposer aux générations actuelles et futures, un véritable projet de développement à faible émission de carbone ».

Le Gabon a déjà tenu plusieurs de ses engagements en ce sens : c’est le cas avec les 3 millions d’hectares de parcs nationaux créés et les 9 millions d’hectares de permis forestiers sous aménagement durable, qui ont permis de réduire de 20 millions de tonnes les émissions de CO2 par an. L’objectif du Gabon est d’atteindre 50 millions de tonnes annuellement.

L’ambition du Président Ali Bongo Ondimba est de pérenniser le potentiel d’atténuation des changements climatiques du Gabon au profit des Gabonais et de la planète bleue.

Comme on le sait, la réduction des gaz à effet de serre dans la nature se fait par leur emprisonnement dans la forêt, les océans et les sols. La destruction de la forêt engendre une diminution de la capacité de stockage de la nature, augmentant de fait la quantité de carbone présent dans l’air ; ce qui favorise le réchauffement climatique du globe.

Prosaïquement, il coûte moins cher de préserver les forêts, en appuyant des pays comme le Gabon, que de changer les habitudes de vie dites « carbones ». Par conséquent, la préservation des forêts forme un moyen avantageux et naturel de diminution du gaz carbonique dans l’atmosphère, grâce au miracle de la photosynthèse, les arbres emprisonnant le CO2 et libérant de l’oxygène dans l’air. Il a donc ainsi été démontré que les forêts équatoriales non perturbées constituent des gisements de carbone estimés à 150 tonnes de carbone séquestré par an et par hectare. Les forêts non exploitées du bassin du Congo captureraient jusqu’à 15% du carbone émis dans l’atmosphère.

Les opportunités d’investissement dans le domaine de l’environnement

Dans le cadre du programme de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation (R.E.E.D), le Gabon devra disposer demain de technologies plus précises, pour contrôler la déforestation et ses impacts environnementaux.

Les enjeux sont énormes compte tenu de la demande mondiale en bois, mais également du triple rôle que joue la forêt : son rôle environnemental, son rôle économique et son rôle social auprès des populations locales. Pour le Président Ali Bongo Ondimba, il est donc important que les pays développés conçoivent que les efforts spécifiques du Gabon pour résoudre une préoccupation globale ne pourront être pérennes qu’avec leur appui financier à la politique de préservation engagée par notre pays.
Affiche : le Gabon à l'Exposition universelle de Milan

Le Gabon présent à l'Exposition Universelle de Milan 2015

Le Gabon participe à l'Exposition Universelle 2015 qui se tient jusqu'au 31 octobre à Milan autour du thème "Nourrir la planète, Energie pour la vie". Pour l'occasion, le Gabon a officiellement lancé son compteur carbone.